Les hôtesses du Tour de France, un sexisme ordinaire?

Lors de la mythique course cycliste qui se déroule chaque été en France, on peut assister, lors du podium de l’étape, à une scène redondante. Des demoiselles court-vêtues font la bise au vainqueur du jour, et ce dernier profite souvent de l’occasion pour enlacer allégrement ces dernières, joie de la victoire oblige ! 

Crédits : Assia Hamdi

Mais cette année, les féministes ont vu rouge : une pétition a été lancée, visant cet usage jugé sexiste et dégradant. Alors, qu’en est-il vraiment et surtout, qu’en pensent les intéressées? Tout d’abord, il faut bien admettre l’hypersexualisation de ce métier. Des jeunes femmes maquillées, en robe, avec un sourire perpétuel aux lèvres et une patience d’ange face à la drague lourde de certains de ces messieurs. Lorsque le problème a été soulevé, entre autres, par Fatima Benomar, c’est un véritable déferlement de haine masculine qui s’est abattu. Ce n’est pas surprenant : en s’attaquant de la sorte à un classique du patriarcat, les féministes ont bousculé quelque chose de bien plus ancien, et, en quelque sorte, ancré et acquis : le repos du guerrier. Cette tradition, déjà critiquée l’année dernière par la Mairie de Paris, a pourtant été “abolie” par les Grands Prix de Formule 1, les Jeux Olympiques, mais aussi sur les Tours d’Australie et d’Espagne. Une initiative à suivre?