L’auto-massage décrypté

Avouons-le, le pire mensonge depuis la cour de l’école primaire se résume à “Fais-moi un massage, promis je te masse après”. Que celle qui a tenu parole me jette la première pierre ! Pour éviter la frustration consécutive à ce mensonge éhonté, voici un petit guide d’auto-massage, afin de ne plus jamais être bernée. 

Se masser l’abdomen, la base d’un ventre plat.

Comme vous le savez sans doute, être touchée (de son plein gré, il en va de soi) est l’un des meilleurs moyens de provoquer un pic d’hormones, parmi lesquelles l’ocytocine, la dopamine et les endorphines. Alors, imaginez un peu ce qu’un massage appuyé sur des points précis peut engendrer comme bienfaits… Nous n’aborderons pas dans cet article les massages et autres effleurements de la zone génitale, par contre, nous commencerons par parler de l’auto-massage des seins. Il est souvent déconseillé d’englober ses tétons lors d’un massage de la poitrine, peut-être pour éviter de se laisser distraire par leur érection et ainsi se laisser emporter par une vague de plaisir, surtout lorsque ce n’est pas le but recherché. Se masser la poitrine, si cela permettrait de la développer, autorise surtout à détecter de manière précoce d’éventuelles anomalies comme une douleur, voire une grosseur. Le bon geste consiste à poser une main à plat sur chaque sein, doigts écartés en évitant de toucher le téton, et d’appuyer légèrement en imprimant un mouvement de rotation vers l’intérieur, pendant environ 5 minutes. Vous pouvez ajouter de l’huile, du beurre de karité, voire votre crème parfumée préférée pour nourrir cette zone particulièrement fragile de notre corps.

Un auto-massage des mains, pour se sentir bien !

Deuxième et troisième zones importantes : les mains et les pieds, bien connues des adeptes, comme moi, de réflexologie palmaire et plantaire. Que l’on croie ou non à la médecine chinoise, force est de constater les effets bénéfiques d’un massage appuyé sur nos extrémités (généralement pratiqués avec une crème spécifique, rarement à l’huile). L’adage “Dis-moi où tu as mal, je te dirai ce qui ne fonctionne pas chez toi” ne peut être plus véridique qu’au travers d’une telle pratique. Munissez-vous d’une “cartographie” face interne de vos pieds et mains, et partez à la découverte des zones douloureuses, tendues de ces derniers. Vous seriez surprises de constater qu’un point particulièrement réactif sera directement relié à l’estomac, un peu trop aigre, ou à votre intestin grêle, souvent irrité. Soyez douce avec vous-même et pour traiter la douleur, préférez un massage tendre et prolongé à un court mais intense, qui sera douloureux.

Alors, comme l’on n’est jamais mieux servi que par soi-même, à vous de jouer !